Comment tenir à 96 000

carte_surpopulationEn juillet dernier, lors de la première réunion publique organisée dans le cadre de la révision du schéma de cohérence territoriale (Scot) de la communauté d’agglomération Royan Atlantique (Cara), les questions de l’auditoire avaient majoritairement porté sur des cas individuels.Leurs élus communautaires, eux, ont la délicate mission d’imaginer le visage futur du territoire dans sa globalité.

C’est en tout cas la justification de la nouvelle réunion publique programmée demain soir (1).

À quoi ressemblera le territoire de la Cara en 2040?

Ils savent déjà que la population aura augmenté de 22 %, selon les estimations de l’Insee.

Cet afflux programmé de population nécessite, évidemment, d’anticiper le développement urbanistique du territoire, son développement économique également, le développement des réseaux de transport le desservant, tout en veillant à préserver ce qui fait, justement, l’attractivité de ce territoire, que traduit le solde migratoire sans cesse croissant observé en Pays royannais.

«Au cours des dix dernières années, 700 hectares de terres ont été «artificialisés» sur le territoire de l’Agglomération, soit l’équivalent de la superficie de Vaux-sur-Mer», la commune dont Jean-Paul Cordonnier est le maire, justement.

(1) Réunion ouverte à tous, au siège de la Cara, 107, avenue de Rochefort – Royan

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.