L’Hermione en or !

Si cette Saintaise charmante, Adeline Pajot, a choisi ce titre latin Fluctuat Nec Mergitur qui signifie «elle flotte, mais ne coule pas», c’est qu’elle croit en «L’Hermione».Inspirée par le fameux trois-mâts carré, la joaillière a décliné sa ligne de bijoux de plusieurs façons.Ils s’enfilent élégamment sur un lien de couleur ou une chaîne en plaqué or ou argent.Pour parfaire la collection, cette femme de goût a créé aussi les bracelets assortis.

Voilà pourquoi elle a confié sa ligne Fluctuat Nec Mergitur à la boutique de «L’Hermione», à Rochefort en exclusivité.

Car l’aventure d’Adeline Pajot ne fait que commencer.

En effet, cette intrépide a su, avec charme et pugnacité, pénétrer le cercle très fermé de la joaillerie parisienne pour y faire reconnaître son talent.

Elle a ainsi travaillé chez S.T. Dupont, pour qui elle a créé un trophée ; mais aussi chez Philippe Tournaire, joaillier place Vendôme ; ou encore chez un bijoutier qui travaille tant pour Van Cleef que pour Chaumet.

La particularité de la société Pajade, c’est d’être franco-française.

Ce bricoleur perfectionniste et méticuleux, cuisinier de métier, était au chômage.

Il s’est pourtant laissé convaincre et a retrouvé le chemin de l’école puisqu’il finit ses «études» à l’école de joaillerie de Pouzauges (Vendée).

Ainsi, une belle paire est née : la fille crée les bijoux sur de magnifiques dessins à Paris, tandis que le père les réalise pour de vrai dans son atelier de Nieul-lès-Saintes.

Vente en ligne sur www.pajade.com

Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.