Le chien qui en avait mangé un autre

Un peu après 15 heures, pendant que les appareils photo visaient le campanile d’Henri IV, les exclamations d’une dizaine de sans-abri rassemblés sur la place ont en partie couvert l’exposé historique.La présence policière, ainsi que celle de Muriel Dumont, fondatrice de l’association Le Toî Kétatous, mère sévère et affectueuse des sans-abri, ont très vite permis de ramener le calme.

Ce rassemblement spontané était organisé en signe de soutien à Frank et Béa, un jeune couple de sans-abri ayant, bien malgré eux, défrayé la chronique, il y a quelques jours.

Le propriétaire de Tipsy, un retraité rochelais qui a été mordu en essayant de sauver son chien, a porté plainte quelques jours plus tard (lire «Sud Ouest» des 3 et 5 avril).

De son côté, Béa a présenté ses trois chiens aux autorités.

Et Crevard a été conduit à la fourrière, où il a été placé sous surveillance, comme c’est la règle en pareil cas.

«Le chien a été classé en catégorie 4», explique Esther Memain, deuxiè-me adjointe au maire, chargée de la sécurité.

Pourtant, l’autorité municipale n’a fait qu’appliquer la loi, et seulement la loi.

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.