Toujours sans nouvelles du voilier

« Ce soir, on est toujours sans nouvelles du « Grain de soleil » et de ses trois membres d’équipage.La Marine nationale annonçait mardi qu’elle repoussait de quelques heures la fin des recherches. » La Rochelaise Camille Malderez était il y a un an co-skipper du voilier « Quand on veut on peut ». Si elle s’intéresse de près au sort des navigateurs du « Grain de soleil », à l’autre bout de l’Atlantique, c’est, au-delà de la notion de solidarité des gens de mer, parce qu’elle connait bien le skipper du voilier,…

le Lorientais Guillaume Moussette, et a aperçu l’un de ses deux équipiers, le Rochelais Franck Cousin.

« L’an dernier quand j’étais à bord de « Quand on veut on peut », nous avons connu une avarie qui nous a immobilisés deux mois au port du Marin, à La Martinique.

Il a vécu un temps à La Rochelle où il assurait des convoyages entre la Charente-Maritime et Lorient, pour le compte d’une société de location.

Comme bien d’autres, Camille Malderez participe depuis le déclenchement de la balise de détresse du « Grain de soleil » à l’élan de solidarité qui s’est répandu sur Facebook.

Et notamment aujourd’hui où il incite à donner de l’argent pour affrêter des bateaux qui doivent, depuis les Açores, relayer les secours officiels dans leurs recherches en mer.

Ça peut laisser supposer qu’ils ne sont pas sur un radeau, mais encore à bord du voilier, et peut-être sous gréement de fortune. »

Le père du Lorientais Guillaume Moussette a dit à France 3 « garder espoir ».

Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.