De retour dans les marais

Malgré un printemps qui a du mal à s’installer, les migrateurs sont de retour depuis déjà quelques semaines dans les zones humides de l’estuaire de la Gironde.Ainsi, depuis la fin du mois de mars, en particulier dans les denses roselières situées entre Saint-Seurin-d’Uzet et Mortagne-sur-Gironde, les mâles de gorgebleues à miroir arborent fièrement leurs superbes poitrines bleues pour défendre leurs territoires et séduire les premières femelles qui arrivent quelque temps après ces messieurs.

Si certains s’interrogent sur la légitimité de tels travaux, particulièrement dans une période de crise économique, pour Raphaël Musseau, ingénieur de recherches en écologie et directeur de Biosphère Environnement : «Les espèces animales et végétales font partie de notre patrimoine et, même en temps de crise, il est important de conserver ce qui doit être considéré comme des richesses pour nos territoires».

Pour le biologiste, la conservation d’une population animale «a autant de sens que la conservation d’une église romane, d’une toile de maître ou d’un manuscrit médiéval».

Cet été, une exposition sur le suivi des oiseaux migrateurs par le baguage sera présentée au Parc de l’estuaire et des sorties, dédiées à la présentation de ces thématiques de travail, seront régulièrement organisées en collaboration avec le Conservatoire régional des espaces naturels et le Parc de l’estuaire (Pôle nature du Conseil général).

Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.