Le sauvetage côtier

Normal : «Un sauveteur doit pouvoir intervenir par n’importe quel temps», tranche Patrick Maisonniaud, responsable du développement sport au Club de sauveteurs côtiers de Royan.Samedi, une centaine de jeunes ont participé au 4e championnat départemental de sauvetage côtier sportif sur la plage de Pontaillac ; une nouvelle discipline imaginée voici quelques années en Australie.Départ sous le soleil, arrivée sous la pluie.

Une batterie d’épreuves sur le sable ou dans l’eau attendait ces sauveteurs – garçons et filles – âgés de 10 à 54 ans, venus des clubs de Royan, La Rochelle, Angoulême, Poitiers et Bordeaux.

Le matin, par exemple, le «beach flag», un jeu calqué sur celui des chaises musicales : les participants sont allongés sur le sable et, au signal, ils doivent se relever et se précipiter sur un fanion planté à une vingtaine de mètres…et il y a un fanion de moins que de participant.

On enchaîne ensuite sur des sprints de 50 ou 90 mètres dans le sable mou, puis sur des relais en planches par équipes, des courses en planches en individuel, un combiné course à pied-planche, etc.

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email