Saisonniers : Pas facile de trouver un toit

Pas facile de trouver un toit pour les saisonniersL’été venu, lorsque la population royannaise a presque quintuplée, les travailleurs saisonniers sont une évidence.Pourtant, pour eux, se loger n’est pas si simple.Cyril, dans sa cuisine très peu équipée.Mais depuis que la cafetière est là, «tout va mieux».«Je pourrais écrire un livre entier avec tout ce qui m’est arrivé à Royan!Lorsque ce jeune Lorrain de 24 ans a décidé de quitter sa petite ville, située au nord-ouest de Strasbourg, le temps d’un été, il n’avait aucune idée des difficultés qu’il rencontrerait pour se loger dans le Pays Royannais.

J’ai tout de suite trouvé du travail en intérim, un poste d’éboueur.Mais mes deux autres copains ont fini par partir.Ils en avaient marre de galérer, ils sont rentrés en Lorraine.

Entre ses horaires de nuit et son travail physique, Cyril a vite mesuré combien se loger au camping pouvait être éreintant, en plus d’être onéreux.25 euros tout seul, ça fait tout de suite un budget.

Il pourrait même se voir proposer un CDI.La Mission locale du Pays Royannais a fini par lui trouver un logement.Une dépendance de maison aménagée à Chaillevette.

Le cas de ce jeune saisonnier est certes extrême, mais assez représentatif des difficultés que peuvent rencontrer les travailleurs de l’été affluant dans le Pays Royannais.

Pour Vincent Peron, directeur de la Maison de l’Emploi de l’agglomération Royan Atlantique, les postes proposés pour la saison sont généralement pris par de jeunes locaux.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer