La discrète Table Ronde

La discrète Table RondeLa discrète Table Ronde.Les «tablers» royannais cultivent «l’esprit de convivialité et l’envie d’aller vers les autres».Le blason de leur club côtoie ceux du Rotary et du Lions à l’entrée de la ville.Moins anciens que ces deux derniers, bien que créé en 1927 en Grande-Bretagne, puis en France en 1950, la Table Ronde souffre toutefois d’un déficit de notoriété ou, du moins, de lisibilité auprès du grand public.

Non que ces membres cherchent à tous crins la lumière, mais les «tablers» (prononcez «tableurs») de Royan s’y retrouveront de facto, puisqu’ils investissent samedi soir le Palais des congrès, pour un événement symbolique : le 50e anniversaire de la «TR79», le club n° 79 de la Table Ronde française.

Qui sont-ils donc, ces «tablers», et que font-ils lorsqu’ils se réunissent, en général deux fois par mois?

Stéphane Moreau, président depuis juin du club de Royan, répond volontiers aux questions que se posent les curieux, sans faire le moindre mystère, puisque la Table Ronde n’a rien de secret ni d’occulte.

En cela, et le président de la TR79 en convient parfaitement, la Table Ronde se distingue du Rotary et du Lions.

Non que les membres de ces clubs ne cultivent pas la même convivialité, mais «eux sont bien des clubs-services, qui ont principalement un objet social», rappelle Stéphane Moreau.

Quand la Table Ronde a été fondée, elle, pour favoriser les échanges entre jeunes gens d’une même génération, l’un des particularités de ce mouvement «masculin, sans être macho».

Pour devenir «tabler» en effet, un membre potentiel doit être âgé, en théorie, de 18 à 40 ans.

Vous pouvez lire aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.