Le portrait robot de la ville antique

Le portrait robot de la ville antiqueLe portrait robot de la ville antique enfin connu.La question revenait souvent sur les lèvres des habitants sensibilisés à l’histoire de leur ville : à quoi pouvait bien ressembler Saintes dans l’Antiquité ? Au départ, Bertrand Maratier, directeur du pôle archéologique de la Conservation des musées de Saintes et Jean-Philippe Baigl, archéologue à l’Inrap, souhaitaient éditer un petit guide accessible au public. Devant cette demande concrète d’image de la Saintes antique, ils ont changé d’optique.

Après un an de travail collectif et trois semaines sous les doigts agiles de l’aquarelliste, la ville antique de Saintes – telle qu’elle devait être à son apogée vers 100 après J.-C. a été réalisé.

Un comité scientifique réunissant la Conservation des musées, l’Inrap et l’Atelier du patrimoine a rendu cette plongée dans le passé gallo-romain possible.

«Une histoire, avant tout, de personnes», rappelle Jean-Claude Golvin.

Comment, à partir d’éléments épars, dont des recherches inédites pas encore publiées données par le comité scientifique, il a pu patiemment dresser un portrait-robot de la ville.

Les fouilles préventives des vingt dernières années ont été décisives dans cette élaboration d’une image de Saintes à l’époque où elle rayonnait en tant que Mediolanum.

Elles ont permis de pousser les limites de la ville.Nous avons pu également montrer que la rive droite était déjà urbanisée.Il existait des maisons et des activités potière et portuaire.
de Sudouest par Emmanuelle Chiron

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer