Le repos dominical

Le repos dominicalLe repos dominical n’est plus sacré à Intermarché. Au beau milieu de la polémique nationale sur l’ouverture dominicale des commerces, Intermarché met les pieds dans le plat en ouvrant le dimanche à compter de cette semaine.«Nous voulons éviter l’évasion de la clientèle», résume le propriétaire de l’hypermarché, Hervé Bonnifait.Car, outre les coops de quartier, qui ont toujours ouvert le dimanche en jouant un rôle d’appoint, les ouvertures dominicales se sont multipliées ces deux dernières années dans les grandes et moyennes surfaces.

Malgré tout, ce dernier, propriétaire depuis trois ans, ne cache pas que son chiffre est en augmentation et qu’il est passé de 94 postes en équivalent temps plein à 110.

Bien sûr, il n’a pas pris ses salariés en traître, provoquant des réunions et réunissant le comité d’entreprise.De toute façon, Hervé Bonnifait a le droit pour lui.

Il le fallait, car sur le lot, une quarantaine de personnes se sont déclarées contre, notamment à travers une pétition à l’initiative de l’union locale de la CGT, syndicat opposé au travail du dimanche.

«Ces salariés ont toutefois précisé que s’il fallait travailler le dimanche, c’était contre une majoration de 25 % des salaires», souligne Nicolas Roulin, secrétaire de l’Union locale de la CGT.

Comme il l’a fait lors de son entrevue avec Hervé Bonnifait, le syndicaliste – qui connaît la convention collective du commerce – a mis en avant la loi de 2009 autorisant les commerces situés dans une station thermale ou en zone touristique à ouvrir le dimanche.
de Sudouest par KHARINNE CHAROV

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer