Talmont-Meschers submergé

Talmont-Meschers submergéL’axe Talmont-Meschers submergé.La direction des infrastructures du Conseil général était encore en alerte ce matin.Témoin de la submersion, une imposante branche d’arbre que la Gironde a «déposé» sur le parapet en se retirant.Vent violent, fortes précipitations et coefficient de marée élevé Les facteurs étaient combinés, dans la nuit de dimanche à lundi, pour que la Gironde submerge la route départementale 145 entre Talmont et Meschers.

Les agents d’astreinte de la direction des infrastructures du Conseil général ont dû intervenir vers 5 h 45 pour interdire toute circulation et établir une déviation.

Avec la marée descendante, la D 145 a pu être rendue à la circulation en fin de matinée.Côté campagne, des champs et marais encore gorgés d’eau, jonchés de débris marins.

La nuit de lundi à mardi s’annonçait elle aussi porteuse de risques de submersion, avec un fort coup de vent prévu vers 5 heures du matin, à l’heure de la pleine mer, avec un coefficient de 101.

La direction des infrastructures du Conseil général, en prévision de ces conditions, avait prévu dès hier de déployer des agents sur les zones potentiellement submersibles dès 5 heures.

La seule agence de Marennes et ses cinq centres d’exploitation recensent la moitié de la bande littorale de la Charente-Maritime sur leur territoire, courant de l’île d’Oléron à Saint-Fort-sur-Gironde, en passant par Saintes.
de Sudouest par
La direction des infrastructures du Conseil général était encore en alerte ce matin.

Témoin de la submersion, une imposante branche d’arbre que la Gironde a «déposé» sur le parapet en se retirant.

Vent violent, fortes précipitations et coefficient de marée élevé\u2026 Les facteurs étaient combinés, dans la nuit de dimanche à lundi, pour que la Gironde submerge la route départementale 145 entre Talmont et Meschers.

Les agents d’astreinte de la direction des infrastructures du Conseil général ont dû intervenir vers 5 h 45 pour interdire toute circulation et établir une déviation.

Avec la marée descendante, la D 145 a pu être rendue à la circulation en fin de matinée.

Côté campagne, des champs et marais encore gorgés d’eau, jonchés de débris marins.

La nuit de lundi à mardi s’annonçait elle aussi porteuse de risques de submersion, avec un fort coup de vent prévu vers 5 heures du matin, à l’heure de la pleine mer, avec un coefficient de 101.

La direction des infrastructures du Conseil général, en prévision de ces conditions, avait prévu dès hier de déployer des agents sur les zones potentiellement submersibles dès 5 heures.

La seule agence de Marennes et ses cinq centres d’exploitation recensent la moitié de la bande littorale de la Charente-Maritime sur leur territoire, courant de l’île d’Oléron à Saint-Fort-sur-Gironde, en passant par Saintes.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.