L’usine Alstom échappe aux licenciements

L’usine Alstom échappe aux licenciementsL’usine Alstom échappe aux licenciements, pas aux craintes.La direction locale assure que le site rochelais n’est pas concerné par le plan de suppression de 1 300 postes annoncé à l’échelon mondial. L’usine d’Aytré, qui conçoit et fabrique des tramways et des TGV (dont la dernière évolution est l’AGV, l’automotrice à grande vitesse), fait partie de la branche Alstom Transport.Les 1 321 salariés en contrat à durée indéterminée du site de l’agglomération rochelaise et 142 intérimaires recensés à la fin septembre ont-ils à craindre pour leur emploi?

Le groupe est encore imprécis, en effet, sur ce qu’il entend vendre de la branche transport, à qui et pour quel projet, dans le but de faire face à «une année de faible croissance».

À cela s’ajoute le fait que, depuis la livraison des premières rames au client italien Nuovo Trasporto Viaggiatori (NTV), en 2011 et 2012, aucun autre contrat n’a encore été signé pour l’AGV… Bref, après deux années de surcharge, 2013 marque une sorte de «retour à la normale» qui infléchit fortement la courbe des recrutements.

Les embauches se font donc au compte-gouttes, cette année. Est-ce que l’annonce faite hier de 1300 suppressions de postes à travers le monde et de la recherche de partenaires (financiers ou industriels) pour la branche transport est de nature à changer les choses ?
de Sudouest par Olivier Guérin

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer