L’accueil des familles de détenus

L’accueil des familles de détenusL’accueil des familles de détenus.Jeannette Favre, présidente de l’Uframa, fédération qui regroupe 154 associations au service des familles de détenus, reçoit l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur. Jeannette Favre est à l’origine de la création de l’Uframa, composée des fédérations régionales et autres associations qui défendent le maintien des liens familiaux pendant la détention. Jeannette Favre est une femme très discrète. Les lauriers, elle ne les souhaite pas pour elle.

Certes, l’ancienne assistante sociale, présidente du réseau Uframa, reçoit ce lundi l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur, mais ce que Jeannette Favre souhaite que l’on retienne, c’est «l’action des 154 associations de maisons d’accueil de familles et proches de personnes détenues de France métropolitaine et d’outre-mer».

La Fédération nationale Uframa – dont le siège est à Saintes – a vu le jour en 1987. Elle a répondu aux besoins urgents des familles des détenus d’être accueillies.

Après plusieurs années en Polynésie, je me retrouvais derrière un bureau en métropole. L’assistante sociale ne choisit pas la facilité.

Soutenue par la direction régionale pénitentiaire, elle arrive à faire entrer en prison des gens de l’extérieur pour pratiquer du sport et d’autres activités avec l’association Solidarités prison.

Très vite, un constat plus alarmant va la frapper, l’accueil des familles des détenus. Je me souviens avoir ouvert ma voiture à des mamans et leurs enfants pour ne pas qu’ils attendent dans la neige.

Des maisons d’accueil sont déjà en place, dès 1972. Un guide a été créé sur la réflexion et la déontologie de notre travail. En 1991, l’association de Nancy sollicite une rencontre nationale qui débouchera sur une organisation régionale.

Actuellement, 39 réclamations ont été soumises au centre pénitentiaire et à la Direction de l’administration pénitentiaire. Nous sommes quand même un service public ouvert pratiquement tous les jours.

Si nous arrivons à obtenir une subvention au titre de la prévention de la délinquance, nous serons déjà plus sereins.
Résumé du Sudouest de Emmanuelle Chiron

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email