Le faubourg pousse et s’étend

Le faubourg pousse et s’étendL’exposition « Rochefort en 1913 » montée par la Société de géographie à la Vieille-Paroisse, pour visiter la ville cent ans en arrière. Cet article est consacré à : le faubourg. Le faubourg pousse et s’étend depuis 1880. En 1913, il prend son essor. Entre 1880 et 1913, les petites maisons de plain-pied ont poussé sur de nouveaux lotissements. Toutes différentes mais se ressemblant, ces «rochefortaises», qui se distinguent des «échoppes bordelaises», donnent son unité au faubourg.

Elles ont presque toutes un jardinet, parfois complété par un autre jardin loué, bien nécessaires à nourrir les familles des ouvriers de l’arsenal et des petits fonctionnaires dont les plus favorisés ont accédé à la propriété.

La rue Gambetta garde sa fonction commerçante ancienne : magasins et ateliers s’y succèdent, complétés depuis 1885 par le «petit marché» près de Notre-Dame.

On trouve tout sur place : épicerie, boulangerie, boucherie, charcuterie mais aussi coiffeur, petit mercier, marchand de bois et de charbon.

Le faubourg a même cinq pharmacies dont trois dans la rue Gambetta, parmi lesquelles celle de l’Union mutualiste, et partout des cafés et petits débits de boissons.

Les bureaux de tabac sont moins nombreux qu’en ville (trois dans la rue Gambetta et un rue du Breuil), si bien que la municipalité a obtenu l’ouverture d’un débit dans la rue Voltaire car «ce quartier neuf et bien peuplé mérite cette satisfaction».

L’École de dressage des chevaux, fierté de la municipalité, occupe tout un quadrilatère au bout de la rue Gambetta depuis 1853.

Le faubourg a son église Notre-Dame, en face de laquelle la municipalité a construit le groupe scolaire Champlain et une crèche.

Il existe aussi une école laïque rue du Château-Gaillard. L’Église catholique n’est pas en reste, avec l’école Saint-Joseph, rue Voltaire et la salle Jeanne d’Arc.

Le sport apparaît un important élément de la culture populaire, de sorte qu’il devient aussi un enjeu entre organisations laïques (La Rochefortaise, La Vaillante, le Sport Athlétique Rochefortais) et catholiques (La Mésange, La Patriote Jeanne-d Arc).

résumé art du Sudouest

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email