Les déchetteries sont débordées

Les déchetteries sont débordéesLes déchetteries sont débordées par les demandes des usagers. Les feuilles s’entassaient dans le jardin, alors j’ai appelé le service des déchets pour savoir si j’allais enfin recevoir le pass déchetteries que j’ai demandé en novembre. Ils m’ont dit que je ne l’aurais qu’après les fêtes! La Communauté d’agglomération a prévenu ses habitants par courrier, dès le printemps, qu’à compter du 7 octobre, il faudrait un badge nominatif pour accéder aux déchetteries du territoire.

Les premiers demandeurs ont été les premiers servis, mais lui ne s’est installé dans l’agglomération rochelaise qu’en septembre.

Que faire, dès lors, des cartons de déménagement, déchets verts et autres bricoles recyclables qui encombrent le garage et dont il faudrait, maintenant, se débarrasser?

Le principe de bienveillance des débuts, qui permettait aux agents des déchetteries de faire entrer ceux qui n’ont pas de badge tout en relevant leur nom (pour retrancher les passages sur leur carte à venir) n’est plus de mise aujourd’hui.

Fin novembre, les agents ont reçu une note très claire de la direction générale des déchets.

L’administration constate que le nombre d’entrées sans carte ne baisse pas. Elle a donc décidé qu’à compter du 2 décembre, sans pass, on ne passerait plus!

À Rompsay, on a en effet vu un homme couper le contact de son camion à la barrière et jurer qu’il resterait là tant qu’elle ne se lèverait pas, quitte à bloquer toute entrée.

Il n’avait pas le fameux pass, mais il a bien fallu dégager le passage… Un peu partout, apparaissent des cas difficiles et des grincements de dents.

Mais «si ça râle encore un peu, ça se passe quand même plutôt bien», assure un agent de la déchetterie de Lagord.

La colère et l’incompréhension sont aujourd’hui moins chez ceux qui ont leur carte – et un quota de 15 passages à consommer d’ici la fin de l’année – que chez ceux qui l’attendent encore.

À l’accueil téléphonique du service des déchets, on assure qu’il faut cinq à six semaines, au bas mot, avant de recevoir le fameux sésame. La «faute» à qui? À la nouvelle intercommunalité, pour une part!

Au 1er janvier, la Communauté d’agglomération de La Rochelle intégrera dix nouvelles communes, soit 14 000 habitants supplémentaires (+ 9,5 %), dont la plupart habitent une maison avec jardin.

Des foyers qui pouvaient faire leur demande de pass déchetteries dès le mois d’octobre. Ce qui explique que le service soit aujourd’hui submergé.

Parce qu’en intégrant la collectivité rochelaise, les 10 nouvelles communes en adoptent forcément le fonctionnement. Quitte à bouleverser un peu leurs organisations.

Les habitants d’Yves avaient l’habitude d’aller à la déchetterie de Saint-Laurent-de-la-Prée, en Pays rochefortais, qui n’est plus accessible que via un badge depuis le mois d’avril.

Ils iront désormais à la déchetterie de Châtelaillon, également équipée d’un système de contrôle des entrées.

Des colonnes à verre seront donc installées par l’agglomération rochelaise dans la commune au lendemain des fêtes, le 6 janvier.

Les familles – qui ont aujourd’hui des sacs jaunes et noirs – devront utiliser le bac individuel à couvercle jaune que fournira la nouvelle intercommunalité.

Résumé art Alain Babaud du Sudouest

You May Also Like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer