Ils ne veulent pas jouer au moniteur de sport

Ils ne veulent pas jouer au moniteur de sportIls ne veulent pas jouer au moniteur de sport. C’est la seconde fois en moins d’un mois qu’un mouvement de grogne des surveillants de la maison d’arrêt de Rochefort, qui ne sont pas en service (ils n’ont pas le droit de faire grève), se produit devant les grilles de l’établissement. Après une première protestation pour plusieurs motifs le 17 décembre, c’est cette fois uniquement la question de l’encadrement du sport qui a fondé le rassemblement d’une dizaine de membres du personnel, lundi matin.

À l’appel des deux syndicats (Ufap-Unsa et FO), les surveillants entendaient «dénoncer le rôle de moniteur de sport» que la direction souhaite leur faire échoir pendant les repos du titulaire, soit une semaine tous les trois mois environ.

«Un agent qui a refusé ce poste va s’exposer à des sanctions», poursuivait le syndicaliste, en brandissant l’éventualité d’aller devant le tribunal administratif.

Directeur de la maison d’arrêt, Philippe Haby confirmait que la direction interrégionale de Bordeaux statuerait sur le cas de ce surveillant. Pour lui, les protestataires font «l’amalgame entre l’encadrement et l’animation».

Le directeur espère aussi que la notification rapide de son budget lui permettra de faire appel à un moniteur remplaçant lorsque le titulaire sera à nouveau en vacances, en mars.

résumé art D. B. de Sudouest



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.