Bouvard Biscuits retire son offre de reprise des Comptoirs du biscuit

Bouvard Biscuits retire son offre de reprise des Comptoirs du biscuitBouvard Biscuits retire son offre de reprise des Comptoirs du biscuit. Le directeur général de Bouvard Biscuits renonce à reprendre les Comptoirs du biscuit, à Saint-Jean-d Angély. Il l’a fait savoir au maire, Pierre-Henri Denieuil, par un courriel en date du 3 janvier. L’entêtement de l’actionnaire principale des Comptoirs, Monique Piffault, la richissime patronne de la Financière Turenne-Lafayette, a eu raison de sa détermination.

Les Comptoirs du biscuit ont été placés en liquidation judiciaire le 4 juillet dernier par le tribunal de commerce de Paris. Bouvard Biscuits a tout de suite fait savoir son intérêt pour une reprise partielle du site, avec réembauche de la moitié des 72 salariés licenciés.

Seulement la biscuiterie Angérienne n’est pas propriétaire de ses bâtiments.

Ils appartiennent à une filiale de la Société générale, la Sogebail, qui s’apprête à les vendre à… Monique Piffault. Mais cette transaction qui traîne en longueur a épuisé la patience d’Alain Lainé.

Lequel n’a peut-être pas envie non plus d’être demain le locataire de l’ancienne patronne en faillite.

Dans son courriel à M. Denieuil, le directeur de Bouvard Biscuits ne manie pas la langue de bois. Il est totalement inadmissible que le système actuel permette à des actionnaires défaillants et manipulateurs d’avoir le droit de discuter la reprise et le report de la situation dont ils sont responsables.

Dans son courrier au tribunal de commerce, Alain Lainé ne prend pas plus de gants. Il accuse Monique Piffault d’avoir, «de volonté délibérée», court-circuité son offre de reprise.

Les Comptoirs du biscuit, c’est donc fini. Du moins dans le site historique de la route de Niort dont «Papy Brossard» avait fait la fortune et la gloire.

Mais Saint-Jean-d Angély ne perd pas pour autant tout espoir de conserver une activité biscuitière.

Alain Lainé se dit prêt en effet à monter un autre projet localement, sous deux conditions : qu’on lui trouve les locaux nécessaires et qu’il puisse racheter au liquidateur le matériel dont il aurait besoin.

Bouvard Biscuits serait particulièrement intéressé par la ligne de production de gaufrettes. Le maire de Saint-Jean a sauté sur l’occasion.

Il se dit prêt, «en plein accord avec le Conseil général et la Communauté de communes», à construire un bâtiment neuf et à mobiliser toutes les aides possibles.

» La sous-préfète de Saint-Jean, Édith Harzic, est sur la même longueur d’onde : «Comme depuis des mois, nous allons tout mettre en oeuvre pour sauvegarder l’emploi et conserver cette activité emblématique. Cette mince lueur laisse les ex-salariés prudents.

résumé art Pierre-Marie Lemaire de Sudouest



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer