Incendie pour de faux aux Minimes

Incendie pour de faux aux MinimesIncendie pour de faux aux Minimes. Il est 10 h 08 lorsqu’un plaisancier déclenche d’un coup de fil l’alerte au feu. Évaluation rapide de la situation par les agents du port et mobilisation simultanée des unités du centre de secours. Quatre véhicules des pompiers se présentent devant le ponton 27, au coeur du bassin Marillac, aux Minimes. Les équipes du port ont déjà déplacé deux embarcations situées sous le vent du sinistre pour les abriter du brasier.

Un peu de temps s’écoule, du temps perdu, du temps toujours précieux dans le cas d’un véritable sinistre. Car, mardi matin, il s’agissait du plus commun des exercices de lutte contre le feu, inspiré d’un scénario plausible.

Pour les pompiers, notamment, il s’agit d’appréhender la longueur d’un ponton, ce qu’il faut comme enrouleurs de tuyaux pour la couvrir dans sa totalité.

Testés aussi, le nouveau réseau de bornes à incendie sur le quai du Bout-Blanc, installé lors des travaux d’extension du port.

Du côté de la régie du port, le personnel était attaché à évaluer les procédures de déclenchement de l’alerte, et de première intervention, dans l’attente des secours.

Notre bateau d’intervention arrive aussi trop tard. Par contre, la puissance de sa lance est bonne et elle permet aux pompiers d’y raccorder leurs matériels.

Désormais, nous armerons ce bateau de travail par défaut pour l’incendie, et nous démonterons le matériel de lutte quand il s’agira de réaliser d’autres travaux.

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.