Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires



Victime de la conjoncture

Victime de la conjonctureVictime de la conjoncture. Vie et mort d’une association d’insertion par le travail. Née en 1989, ACTIF n’a pu résister à la crise et à différents paramètres extérieurs, comme par exemple les pratiques douteuses de son ancien directeur, pour se diriger tout droit vers la cessation de paiement et la liquidation le 26 novembre dernier. ACTIF avait pour finalité de remettre les personnes sans emploi depuis un petit moment au travail.

Pour ça, elle proposait leurs services à des donneurs d’ordre à qui elle facturait leurs interventions. Aussi bien à des particuliers qu’à des collectivités, associations ou entreprises.

Dans ses derniers mois d’existence, en 2013, ACTIF a permis à 22 personnes de décrocher un CDI. En grande partie dans le domaine du nettoyage ou du bâtiment.

Autofinancée à hauteur de 90 %, l’association intervenait à Saintes, Saint-Jean-d Angély et Saint-Savinien.

Avec la crise, elle a vu peu à peu le nombre de missions effectuées par les personnes en quête d’un retour à l’emploi diminuer en même temps, donc, que les recettes pour alimenter la trésorerie.

Mais le premier choc a eu lieu en 2008 lorsque Nicole Morin a pris la présidence de l’association.

C’est à partir de là qu’ont commencé les soucis de l’ancien directeur Patrick Fenateu, licencié dans la foulée avec la comptable.

Mais en 2010, le Conseil d’administration se rend vite compte que l’association ne peut pas tourner sans directeur. D’où le recrutement de Martine Chesneau.

En juin 2013, les partenaires de l’association sont conviés à une réunion de crise. Un salarié en insertion par le travail qui va entretenir le jardin de quelqu’un ne peut pas fournir le matériel.

Ces dernières années, beaucoup de petites entreprises d’aide à la personne se sont installées à Saintes. Elles arrivent, elles, avec leur matériel. On ne pouvait pas lutter. »

Résumé art stéphane durand de Sudouest



Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.