Accès dangereux

Accès dangereuxAccès dangereux. Des températures comprises entre 15 et 17°, une brise d’est frisquette samedi glissant au sud-est dimanche, mais qui ne soufflera pas à plus de 20 kilomètres heures. Bref, après les grandes marées, après les fortes houles, après les inondations, le printemps pousse sa corne et les prévisionnistes se frisent les moustaches annonçant pour aujourd’hui et demain une tempête de…soleil.

Les bambins vont galoper, les cerfs-volants décolleront, la Ligue de protection des oiseaux invite à compter les oiseaux morts jetés à la côte.

Bref, pour nombre de promeneurs, les plages seront la destination privilégiée du week-end. Un seul mot d’ordre, prudence!

Car, la précipitation familiale à renouer avec le grand air risque de se heurter ici ou là aux cicatrices des rivages meurtris. Et, dans certains cas, aux barrières sur lesquelles sont affichés des arrêtés d’interdiction d’accès.

C’est par exemple le cas à Saint-Pierre-d Oléron, tant que la préfecture n’a pas donné de prescription contraire. Sept kilomètres de côte sur lesquels près de sept tonnes de boulettes d’hydrocarbures ont été ramassées.

De L’Ileau à La Perroche, cette restriction est justifiée par l’interdiction de pêche à pied, consécutive à l’arrivée de ces boulettes, explique en substance le directeur des services techniques, Philippe Chovaux.

Nos plages sont accessibles, mais la route d’accès à la plage de Vertbois, est interdite.

À La Brée-les-Bains, on n’a pas vu de boulettes, mais le maire Jean-Jacques Naud ne lèvera pas l’interdiction pour faire des politesses au soleil.

Barrières, rues balises, et principe de précaution.

Particulièrement exposées aux fortes houles d’ouest cet hiver, la Côte sauvage a subi un gros coup de rabot.

Au phare de La Coubre, l’océan a exhumé les fondations du sémaphore de la Marine qui avait été démoli en 2003.

Ailleurs avec l’ensoleillement qui revient, le sable glisse doucement vers le bas des pentes, mais elles sont encore très raides.

Douze mètres cubes de déchets plastiques ont déjà été ramassés par les services techniques trembladais, 300 kilos de résidus d’hydrocarbures et 10 mètres cubes de déchets divers à Saint-Clément-des -Baleines où les accès aux plages de la Conche et Zanuck sont délicats, voire dangereux.

Résumé art Philippe Baroux de Sudouest



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.