Au centre de détention

Au centre de détentionAu centre de détention, Catherine, c’est le patron. Trois ans tout juste qu’elle a pris la direction du centre de détention de Bedenac, d’une capacité de 214 détenus, sur un site de 26 hectares intra-muros. À 52 ans, Catherine Bessaguet, mariée et maman de deux grandes filles de 24 et 14 ans, occupe – c’est peu de le dire – une fonction assez atypique dans un monde fermé par nature et plutôt masculin.

En tout cas, dans cet établissement, je suis la première femme à occuper ce poste de direction.

Et au sein de la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Bordeaux (DISP), qui couvre les régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes et compte vingt établissements pénitentiaires, nous sommes deux.

Ce fut une décision mûrement réfléchie pour l’évolution de ma carrière et je suis ravie d’être ici, même si je ne suis pas arrivée dans un contexte simple.

Elle est forcément un peu liée à un univers plutôt masculin puisque, sur l’ensemble des détenus en France, notre pays ne compte que 4 % de population pénale féminine.

Pour autant, des surveillantes travaillent aussi en détention masculine.

Mis à part quelques gestes techniques qu’elles ne peuvent assurer, comme les fouilles, bien sûr, elles assurent le même métier.

Trouve-t-on d’autres femmes à des postes clefs? Oui, à la DISP de Bordeaux, le patron est une femme, Sophie Bleuet. Elle a succédé à Isabelle Gorce qui, aujourd’hui, est directrice de l’administration pénitentiaire à Paris.

La Direction interrégionale de Lyon est également dirigée par une femme, Marie-Line Hanicot.

Y a-t-il une difficulté particulière à être une directrice dans ce monde masculin?

Comme d’autres femmes en responsabilité dans d’autres métiers, il faut parfois être un peu équilibriste pour faire cohabiter des personnes de différents horizons.

Et même si je partage les permanences, une semaine sur trois, avec mon adjoint et le chef de détention, je considère que ma responsabilité de chef d’établissement s’exerce 24 heures sur 24.

Résumé art de Sudouest



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer