Thématiques de la campagne électorale

Thématiques de la campagne électoraleThématiques de la campagne électorale. C’est un des thèmes principaux de la campagne. La Rochelle perd des habitants, le dernier recensement en témoigne une nouvelle fois. Et cette fuite s’exerce au profit de l’agglomération, de la première couronne mais aussi de la deuxième. Plusieurs facteurs provoquent ce phénomène, qui n’est d’ailleurs pas une spécialité rochelaise.

Par exemple, les gens qui ont besoin d’espace et veulent notamment profiter de jardins, ont forcément tendance à s’installer en périphérie.

Cependant, sans conteste, le prix très élevé du mètre carré décourage en particulier les familles dont les revenus ne sont pas forcément modestes mais restent insuffisants pour acheter (et même louer) dans le centre-ville.

Les candidats ont réfléchi à cette question car le départ, notamment des «actifs», freine le dynamisme et a des conséquences fâcheuses comme la fermeture des écoles.

Quasiment tous insistent sur la nécessité de réaliser des «logements intermédiaires» pour justement intéresser les classes moyennes.

Anne Laure Jaumouillié (tête de liste PS-PC-divers gauche) se flatte de vivre dans une ville où la municipalité a beaucoup oeuvré pour le logement social mais, actuellement, elle pense qu’il ne faut pas tout miser sur cette forme d’habitat.

Il n’y a pas que le logement social ou privé. Il faut développer l’habitat participatif avec espaces communs comme les jardins par exemple, et il faut que la collectivité publique maîtrise le foncier.

Il faut aussi poursuivre la mise en place des programmes urbains lancés par la majorité actuelle sur le quartier Sud Gare, Bongraine, Mangin, Rompsay et Beauregard.

C’est la seule solution pour loger des familles intermédiaires et redynamiser la ville.

Jean-François Fountaine (tête de liste divers gauche avec également des centristes) voit les choses un peu différemment.

Nous avons une politique volontariste de production de logements HLM et nous envisageons d’en produire 2 500 en six ans, en plus des dossiers déjà en cours, car on a du foncier disponible à La Rochelle.

En parallèle, nous avons en projet de construire du logement public intermédiaire (ni privé, ni social) à 2 000-2 500 euros le mètre carré.

Enfin, il faut faire un effort important pour créer de l’activité sur la deuxième couronne (Sainte- Soulle, La Jarrie) afin d’amener l’emploi vers la périphérie, là où les gens habitent.

On peut aussi mettre en place, après avoir consulté l’UNPI et le DAL, une association qui garantisse les loyers, les cautions et la taxe foncière sous forme d’avances remboursables.

Dominique Morvant, tête de liste UMP-Centre, plaide depuis le début de la campagne pour ce fameux logement intermédiaire. Donc, bien sûr, il faut continuer à construire des logements sociaux mais si l’on en fait trop, les promoteurs pratiquent ensuite des tarifs trop élevés.

Notre idée, c’est de réaliser des logements intermédiaires, plus accessibles, en travaillant avec ces promoteurs.

Jean-Marc Soubeste (EELV, liste Verte et ouverte) veut mobiliser «tout le monde» autour de ce thème. Les promoteurs doivent s’engager au travers d’une charte à modérer leurs prix et à ne pas être que dans la spéculation et les propriétaires dont le logement est rentabilisé, doivent de leur côté s’engager dans une modération, voire une baisse des loyers.

Il faut également réoccuper les logements vides.

Parallèlement, on peut aussi limiter les charges liées au logement en faisant baisser la facture énergétique et faire baisser la taxe foncière pour encourager les propriétaires à engager des travaux de rénovation de leur logement.

Le seul levier, c’est de construire en partenariat avec des promoteurs. En général à La Rochelle, le coût de la vie est trop élevé par rapport aux services.

Antoine Colin (Lutte ouvrière) ne parle pas de logement intermédiaire. Les leviers d’action sont bien limités, estime-t-il.

L’État se désengage de tout ce qui est aide aux collectivités et de tout ce qui est au bénéfice des classes populaires.

Sa position n’a rien de commun avec celle des autres. À notre avis, il faut construire des logements sociaux dans lesquels les gens se sentent bien.

Le but de la vie, est-ce d’être propriétaire d’une maison?

Je sais qu’il y a déjà beaucoup de logements sociaux à La Rochelle mais il faut en construire d’autres (dans l’agglomération aussi), pas chers, pour que ceux qui ont envie d’y habiter et d’y rester puissent le faire.

Il faut aller chercher l’argent où il se trouve et on demande à la population de lutter.

Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie (Front national) s’inscrit également dans un autre registre. Pas du tout le même, on s’en doute. On peut essayer de réguler, c’est tout.

Le logement intermédiaire, je suis favorable au principe mais ce n’est viable que si le financement est abondé par l’État et les collectivités locales mais la situation économique est difficile.

Résumé art Marie-Claude Aristégui et Stella Dubourg de Sudouest



Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email