Le coeur des cuistots

Le coeur des cuistotsLe coeur des cuistots. Georges Auguste Escoffier, né en 1846 dans un petit village provençal et mort en 1935 à Monte-Carlo, a été surnommé «roi des cuisiniers, cuisinier des rois». On lui doit l’invention du travail en brigade et le souci de l’hygiène en cuisine. Il était l’ami de César Ritz. À l’hôtel Savoy, à Londres, il cuisinait pour les plus riches mais se préoccupait aussi du sort des plus humbles.

Lors du chapitre (c’est ainsi que l’on nomme ces réunions au cérémonial très codifié), 17 chefs, producteurs et grands gourmands des deux Charentes et de Gironde, seront intronisés disciples d’Escoffier.

Les impétrants ne vont pas rejoindre n’importe quelle confrérie, devenir galant du haricot tarbais ou de la rillette du Mans.

La preuve : lundi, avant l’intronisation puis le gueuleton à Cognac, les disciples d’Escoffier organiseront des leçons de cuisine gratuite à destination de personnes en insertion sociale et professionnelle ainsi que de jeunes en situation de handicap.

Au centre social du Vent des îles, à La Rochelle, c’est Richard Toix (chef de Passions & Gourmandises, table réputée près de Poitiers) qui mitonnera de bons petits plats avec sept personnes et leur encadrant.

Bref, autant de cuistots au grand coeur qui vont s’inspirer de leur illustre aïeul.

Chaque matin, Escoffier offrait de la nourriture gaspillée ou à peine défraîchie aux bonnes oeuvres.

Résumé art olivier sarazin de Sudouest



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer