Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires



L’Histoire de l’ile d’Aix

L’Histoire de l'ile d’AixL’Histoire de l’ile d’Aix. C’est une partie de l’histoire de l île d’Aix enfouie. Et, par-delà, un chapitre de l’histoire de France qui jette un pont vers l’Algérie. Qui se souvient aujourd’hui que le fort Liédot, cet édifice militaire semi-enterré et carré construit sur ordre de Napoléon Ier sur le point culminant de l île, a servi de prison entre 1959 et 1961 pour plusieurs chefs historiques du FLN algérien? (Front de Libération National Algérien)

Dont le plus célèbre reste Ahmed Ben Bella (1916-2012), qui deviendra le premier président de l’Algérie indépendante en 1962.

Produit par la société de production rochelaise Anekdota, le documentaire-fiction «Dans l’ombre d’une guerre», tourné cette semaine, s’attache à reconstituer ces deux ans de détention importants dans le processus de paix de cette guerre qui ne disait pas son nom.

Une délégation de quatre chefs du FLN (Ben Bella, Hocine Aît-Ahmed, Mohamed Kidher, Mohamed Boudiaf) et le professeur Mostefa Lacharef sont arrêtés par l’armée française alors qu’ils sont à bord d’un avion civil reliant le Maroc à la Tunisie.

D’abord détenus à Fresnes, ces prisonniers de haut rang seront ensuite acheminés jusqu’à l île d’Aix. La raison : «Le général de Gaulle craignait pour leur vie, et notamment qu’ils soient la cible d’attentats de l’OAS [Organisation de l’armée secrète]», expliquent le producteur Didier Roten et le réalisateur Sallah Laddi, tous deux rochelais.

Ils seront surveillés par environ 150 gendarmes, une présence qui ne laissera pas de bons souvenirs aux îliens, dont le territoire fut scindé en deux : au nord, les prisonniers libres de leurs mouvements dans l’enceinte du fort ; au sud, les habitants et les pêcheurs.

Nourri d’archives et de témoignages, le documentaire comporte des séquences fictionnelles tournées par des comédiens ressemblant à Ben Bella, Kidher et Aït-Ahmed, les trois détenus restés plus longtemps que les deux autres.

Cette semaine, le tournage s’est successivement déroulé sur le navire météorologique «France 1» à La Rochelle (transformé en destroyer), à l’école de médecine navale de Rochefort (pour reconstituer la prison de la Santé à Paris), ou encore à Fouras (où un fourgon policier de l’époque a été acheminé).

Le documentaire de 52 minutes sera diffusé cet automne, probablement un samedi, sur l’antenne de France 3 Poitou-Charentes.

Résumé art David briand de Sudouest



Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.