Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires



La réinsertion par le jardinage

La réinsertion par le jardinageLa réinsertion par le jardinage. Patrice Jolliet, encadrant d’une équipe d’entretien du paysage, se saisit du micro sur la scène de la salle Saintonge, rue Fernand-Chapsal. Face à lui, le public venu assister à l’assemblée générale est captivé. Employé depuis le 1er juillet 2013 dans l’association Saint-Fiacre, il raconte les débuts de cette nouvelle expérience avec les «salariés» – les personnes en situation de précarité aidées par l’association…

et les difficultés à nettoyer des sites abandonnés depuis parfois plusieurs dizaines d’années.

«Mon équipe a fait beaucoup de progrès, certains ont même perdu du ventre», plaisante-t-il, non sans un soupçon de fierté.

Cette nouvelle équipe d’entretien de paysage fait partie des différentes innovations mises en place fin 2013 et début 2014 par Saint-Fiacre, qui accompagne l’insertion sociale de personnes en situation de précarité. Cette année sera l’année du renouveau pour Saint-Fiacre.

L’association, née en 1997, mise sur le développement de nouveaux secteurs pour améliorer l’accompagnement des «salariés» en difficulté.

Le groupe travaillera particulièrement à la réalisation d’un projet de «garage solidaire», dans les prochains mois.

D’autre part, pour compléter le parcours santé, des ateliers cuisine ont vu le jour, fin 2013. Financés par l’Agence de santé régionale (ARS), l’Association santé éducation et prévention sur les territoires Poitou-Charentes (ARSEPT), et la MSA (la mutuelle agricole), ils permettent aux salariés d’apprendre à cuisiner sainement et à moindre coût.

«Nous avons même élaboré des petits livrets de recettes», se réjouit Sandrine Boisson, l’accompagnatrice socioprofessionnelle.

Ces encadrants aident les personnes en difficulté à recommencer à «se lever le matin», à «reprendre confiance en soi». «Ce sont des professionnels de l’encadrement technique et social», souligne Benoît Hnatyszyn.

Mais à partir d’aujourd’hui, adhérer signifiera aussi participer au financement de l’association : l’achat de fruits et légumes bio des trois jardins – Saintes, Port-d Envaux et Cravans – hier ouvert à tous, sera réservé aux membres de l’association, moyennant la somme de 10 euros annuels.

Le directeur de l’association souhaite ainsi faire augmenter le nombre d’adhérents, afin de combler les pertes financières de l’association en 2013.

Résumé art Alexia Elizabeth de Sudouest



Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.