De nouveaux distributeurs

De nouveaux distributeursDe nouveaux distributeurs. L’installation n’est pas une mince affaire. Le spectacle, cours National, se trouvait au niveau de la pharmacie du Théâtre, à Saintes. Pour loger le distributeur de produits de première nécessité à la place d’une partie de la vitrine, il a fallu réaménager tout l’espace donnant sur la rue. Mais, pour la pharmacienne Isabelle Blesson, le jeu en vaut la chandelle.

Elle, qui y pensait depuis un petit moment, a décidé de sauter le pas en proposant désormais de la parapharmacie en libre-service 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

C’est le premier distributeur de ce type installé à Saintes. L’entreprise Retinco devait, dans la foulée, en poser un autre à Saujon.

Dans une période où les pharmacies souffrent, ça peut être une façon de se différencier de la concurrence. Et, en parallèle, nous avons une réduction assez importante des prix.

Tout ça pour dire que les temps sont durs. C’est un service supplémentaire apporté aux clients.

C’est cette société, basée à Roissy, qui a installé le premier automate en parapharmacie à Besançon, il y a six ans. Depuis, ce marché de niche a amené l’entreprise à se développer à l’international, au Maroc ou au Canada.

Que peut-on trouver dans ce type de distributeur? Pour le client, c’est la possibilité de faire des achats de produits dits tabous comme des préservatifs ou du gel lubrifiant, dans l’anonymat. C’est aussi le moyen de gagner du temps lorsqu’il y a la queue à la caisse.

Le fait de pouvoir préparer des médicaments pour les professionnels de santé a également séduit Isabelle Blesson.

La pharmacienne a décidé d’investir dans cet automate en raison de sa position géographique.

Située sur un axe passager, elle souhaite s’adresser à une clientèle «en balade». Augmenter ses parts de marché et gagner de nouveaux clients fait en effet partie des objectifs.

Attaqués sur leurs marges qui se dégradent, sur leur monopole de distribution des médicaments et sur la façon de les distribuer avec Internet, par exemple, les pharmaciens, qui sont aussi des chefs d’entreprise, doivent trouver des solutions pour maintenir leur chiffre d’affaires.

Résumé art stéphane durand de Sudouest



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer