L’Hermione, le revoilà! 235 ans après

L’Hermione, le revoilà! 235 ans après. Selon l’agenda diffusé par l’Elysée, le président François Hollande devrait être présent samedi pour souhaiter bon vent à « la frégate de la liberté », aux côtés de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal. « Il y a deux siècles, ils étaient 242 à bord » (dont 130 à la manoeuvre), « nous, nous serons 80 en tout », prévient Yann Cariou, commandant du trois mâts du XXIe siècle, mis à flots en 2014 à Rochefort (Charente-Maritime).


 
« Ce qui demande une heure, nous le commencerons trois heures avant », ajoute ce digne successeur de René de Latouche-Tréville, commandant de la première « Hermione », tristement naufragée au large du Croisic (Loire-Atlantique) en 1793 après sa glorieuse épopée américaine.
 
Yann Cariou compte sept tours du monde en 30 ans de marine nationale et six ans de marine marchande, dont trois ans à la barre d’un autre trois-mâts, le célèbre bateau-école « Belem ».
 
A bord, ils feront les 3/8 par tiers: bâbord, tribord, milieu. Mise en chantier à l’arsenal de Rochefort en 1778 sur les plans de l’ingénieur Chevillard Aîné, l « Hermione » de La Fayette fut achevée en six mois.
 
Et tous endureront la traversée houleuse de l’Atlantique Nord durant six semaines, jusqu’à l’arrivée prévue le 5 juin dans la baie de Yorktown (côte est des Etats-Unis), théâtre de la déroute anglaise en 1781 face aux Insurgés américains commandés par George Washington, aidés par un corps expéditionnaire français avec Gilbert du Motier, marquis de La Fayette (1757-1834), le comte de Rochambeau et l’escadre de l’amiral de Grasse.
 


< ?php include_once("analyticstracking.php") ?>

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.