Les centres sociaux du département sont aussi aux avant postes de la crise

Centre sociauxIl n’y pas à dire, avoir des relations directes avec les gens, c’est quand même bien plus agréable. A l’évidence, Jean-Claude Pilippart ne gardera pas un souvenir impérissable de sa période de confinement et de l’utilisation des systèmes de visioconférence.

« C’est une reprise attendue, souhaitée et enthousiaste » souligne le directeur du centre social. « On accueille tous les publics dans des formats plus réduits que d’habitude » précise t-il, distanciation physique oblige, mais ce n’est pas la seule explication.

« Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les adultes et les séniors ont été plus rapides à nous rejoindre que les jeunes.»

Aujourd’hui, une dizaine d’activités est proposée : sports, bien être, plein air mais aussi apprentissages et loisirs. « Il y a des familles qui ont du mal à sortir du confinement et certains jeunes exclus sont aujourd’hui, encore plus exclus » constate ce travailleur social.

« Il y a une réelle demande de notre public au niveau du numérique » souligne Grégory Rudeaux, d’ailleurs, l’une des premières actions que nous avons mis en place depuis notre reprise d’activité, le 18 mai dernier, c’est l’aide à la déclaration d’impôts en ligne ».

Le même constat dans le quartier de Saint-Eloi, toujours à La Rochelle. « Nous avons pu créer du lien avec les habitants d’une autre manière grâce à un petit journal numérique de trois à cinq pages qui était adressé à nos 500 familles adhérentes via Facebook ».

«On a beaucoup communiqué par mail avec toutes les familles durant cette période, grâce aux salariés comme aux bénévoles nous avons pu créer une vraie chaîne de solidarité ».

La Charente-Maritime compte vingt quatre centre sociaux sur son territoire, dont sept à La Rochelle.





Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer