Coronavirus : notre département rattrapée par la deuxième vague

Le préfet a fait le point sur la situation sanitaire de la Charente-Maritime ce mardi. Les indicateurs s’emballent depuis quelques jours et Nicolas Basselier prévient : il n’y a pas de « ligne Maginot » pour le virus dans le département.

Le préfet du département et le directeur de la délégation départementale de l’ARS ont fait le point ce mardi 27 octobre sur les derniers chiffres et les mesures prises pour lutter contre le Covid. Il ne reste que cinq lits de réanimation sur les 37 du département, et plus d’un sur cinq est occupé par un malade du Covid.

« Il ne faut pas que nos concitoyens s’imaginent que nous sommes protégés par une sorte de ligne Maginot qui nous mettrait durablement à l’abri de l’épidémie », a bien insisté Nicolas Basselier.

D’autres mesures barrières sont à l’étude si la situation continue de se dégrader. Il y a, par exemple, la fermeture des bars plus tôt et même un couvre-feu si les chiffres dépassent les seuils. Le préfet a signé un arrêté pour obliger le port du masque dans 55 communes du département, à la demande des élus.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.