Ile de Ré : les producteur de sel s’inquiètent d’un label pas assez bio

Ile de Ré : les producteur de sel s’inquiètent d’un label pas assez bioRien ne distinguerait leurs méthodes ancestrales de celles utilisées par les industriels. Les sauniers rétais dénoncent un projet européen de label « Agriculture biologique ».

Comme à Guérande ou Noirmoutier, les sauniers rétais s’insurgent contre un projet de label « Agriculture biologique » actuellement débattu par la Commission européenne. Cette certification, en l’état des travaux européens, gommerait toute distinction entre sels artisanaux et industriels, producteurs ancestraux et producteurs de sel de mine obtenu à grand renfort de chimie et d’additifs.

« Être noyés parmi les industriels serait catastrophique ». La centaine de sauniers rétais produit en moyenne 2 500 tonnes par an. Ce marché de niche et « de terroir » a su trouver sa place, assure Nicolas Becaud le Président de la Coopérative des sauniers de l’île de Ré.

«Le sel est obtenu par évaporation, c’est magique ! » Rien, affirment ces artisans, n’y serait ajouté quand les industriels utilisent, eux et régulièrement, des antimottants et anti-mousseux pour stabiliser leur sel.

En attendant, les sauniers français travaillent à « une stratégie commune » et espèrent une réaction du ministère de l’Agriculture. « Les industriels veulent s’engouffrer dans la brèche. Notre métier artisanal a beaucoup à perdre dans cette bataille démesurée », soulignent un saunier et Nicolas Becaud.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.