Des scientifiques cherchent à freiner le cancer avec des sucres d’algues

Des scientifiques cherchent à freiner le cancer avec des sucres d’alguesÀ La Rochelle, des scientifiques travaillent à partir d’algues marines locales. Depuis 2011, à l’Université de la Rochelle, une équipe de chercheurs du laboratoire BCBS scrutent les bienfaits des algues marines, qu’elles soient vertes, rouges ou brunes. Un travail de longue haleine, porteur d’espoir dans la lutte contre le cancer.

Pour comprendre leur démarche, il faut d’abord se familiariser avec un mot barbare : l’héparanase. Selon Thierry Maugard, le directeur de l’équipe BSBC (Biotechnologies et Chimie des Bioressources pour la Santé), « la présence dans l’organisme de cette macro-molécule est signe de mauvais pronostics pour le malade ».

Que peuvent faire les algues marines contre cette molécule sournoise ? «À partir des algues, on va extraire des sucres complexes qui sont efficaces pour bloquer cette fameuse héparanase, explique Thierry Mauglard. Potentiellement, cela permettrait de freiner le développement de la tumeur». Encore faut-il permettre à ces sucres d’algues d’aller vers la tumeur. C’est ce que teste Manon Porta, chercheuse doctorante à l’Université de La Rochelle.

À CONSULTER ÉGALEMENT >> Climat : Seul 2% de la grande barrière de Corail a échappé au blanchissement

Au-delà des résultats et de leur mise en application, ces recherches montrent une fois de plus l’incroyable potentiel du milieu marin et en particulier des algues. Pour lui, «il faut miser sur les algues», en développant davantage en France l’algoculture. Un secteur dominé pour le moment par l’Asie où est concentrée 99 % de la production mondiale, avec la culture d’algues dans des bassins artificiels.

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email