La Charente-Maritime veut protéger les chauves-souris

La Charente-Maritime veut protéger les chauves-souris« Il y a de très fausses idées reçues autour des chauves-souris. Ici, elles mangent même jusqu’à un tiers de leurs poids en insectes, dont les moustiques, ce qui peut être très utile », défend Leïla Renon, chargée de mission Natura 2000 à la Communauté d’agglomération Royan Atlantique , en Charente-Maritime.

Ces arguments aideront peut-être à convaincre les particuliers dont le bâti abrite des chauves-souris de préserver cette espèce en déclin. NE 17, en collaboration avec la CARA et le syndicat mixte du bassin de la Seugne, va réaliser dès la fin du mois d’avril un programme de recensement des populations de chauves-souris exploitant le patrimoine bâti.

À VOIR AUSSI >> Opération de sauvetage pour remettre à l’eau 17 dauphins échoués sur une plage de l’Île de Ré

C’est le dernier volet d’une étude commencée il y a trois ans, visant « à sensibiliser les personnes qui veulent bien nous ouvrir leurs portes et à améliorer les connaissances sur les colonies présentes localement », explique Leïla Renon. Cette année, ce sont les propriétaires situés entre Meschers-sur-Gironde et Saint-Bonnet-sur-Gironde, un site Natura 2000 situés le long de l’estuaire de la Gironde, qui vont être démarchés par des chiroptérologues – spécialiste de ces mammifères – de NE 17.

« Les chauves-souris ont la particularité de revenir toujours à l’endroit, où elles nichent, sauf si l’habitat a changé. L’idée n’est pas d’interdire aux personnes de faire des travaux, mais de les inviter à choisir une période propice », suggère Leïla Renon.

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email