Le kaniak russe pose problème au cognac

Le Russe est un solide gaillard qui ne carbure pas qu’au Perrier-fraise et à la Vichy Saint-Yorre. Toujours est-il qu’hier, à 10 h 45, une dépêche de l’Agence France Presse (AFP) est venue nous rappeler que l’alcoolisme en Russie est un fléau. Cette dépêche indique que l’alcool frelaté ou fabriqué avec des produits impropres à la consommation tue là-bas un demi-million de personnes chaque année.

En outre, l’excès de boisson a fait chuter l’espérance de vie des hommes en Russie, désormais inférieure à celle de pays comme le Bangladesh ou le Honduras.

Enfin, l’AFP a rapporté hier des propos de Vladislav Spirine, responsable du Service fédéral de la réglementation du marché des alcools.

Selon ce haut responsable, interrogé par le quotidien «Izvestia», la moitié du vin et jusqu’à 70 % du cognac consommés en Russie sont frelatés et donc dangereux pour la santé.

«Il n’y a de cognac qu’à Cognac et dans sa région délimitée», précise d’emblée Jérôme Durand, le directeur du marketing et communication du Bnic.

Là-bas, les mots cognac ou kaniak – écrits en cyrillique – désignent tous les distillats de vin. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.