Du silex taillé à la canine du lion des cavernes

En Poitou-Charentes, c’est le site moustérien de Chez Pinaud, route de Champagnac, qui a été retenu pour une visite documentée et très érudite, conduite par deux éminents professeurs : Jacques Jaubert, professeur à l’université de Bordeaux 1 et directeur du laboratoire Pacea, et Jacques Hublin, anthropologue du Max Planck Institute de Leipzig (en Allemagne).

La «paternité» de la découverte de ce site paléolithique jonzacais revient à Émile Marchais, géologue au BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) de Poitiers.

Il y a près d’une vingtaine d’années, lors d’un contrôle de stabilité de l’ancienne carrière d’extraction de pierre, il avait découvert un silex manifestement taillé.

Jean Airvaux, venu de Poitiers, effectue des carottages et «comprend très vite l’intérêt de ce site qui représente une nouvelle séquence paléolithique d’importance au sein du Poitou-Charentes, l’une des grandes régions de l’homme de Néandertal», précise Jacques Jaubert.

Suite aux publications de Jean Airvaux, l’université de Bordeaux 1 et le Max Planck Institute de Leipzig, qui cherchaient à collaborer sur un beau projet, ont axé leurs recherches à Jonzac, à la pelle, à la pioche et au petit pinceau. Source



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer