L’état des lieux des locations

Il paraît que le marché de la location immobilière, un peu mou en fin d’année 2010, a repris de la vigueur. Pas plus qu’il n’est aisé pour les propriétaires de louer rapidement certains biens. On remarque actuellement que des appartements (plus souvent que des maisons), ne trouvent pas preneurs pendant des mois alors que l’offre n’est pas pléthorique, surtout, par exemple, dans la gamme des T3.

Il s’agit de logements, notamment à la Rochelle, dans le quartier de la Ville-en-Bois et des Minimes, dont le loyer mensuel oscille entre 1 130 euros (T3) et 1 600 euros (T4, 120 m² avec vue sur port).

Ce genre de produits – et à condition que les prestations proposées justifient les sommes réclamées – s’adresse à une catégorie de clients très marginale.

En général, des cadres de grosses entreprises, mutés pour quelques années dans la région, qui ne veulent pas investir mais peuvent débourser des sommes significatives pour se loger.

D’autres appartements moins chers, environ 600, 700, 800 euros pour un T3 à La Rochelle ou dans l’agglomération, peuvent également rester à l’affiche pendant des semaines, voire des mois.

Tout cela coûte cher à aménager et donc les loyers sont ensuite très élevés. Autre souci, pour les locataires et les propriétaires : la capacité financière. S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer