On se tient les côtes, mais en serrant les dents

Ceci dit, «Humour et eau salée» s’en est payé une bonne tranche l’an dernier. L’association culturelle Créa a dignement fêté les 25 ans du festival. Quatre jours de spectacles, un livre-anniversaire Didier Trambouze, le directeur de Créa, a fait les comptes. Après, donc, une édition anniversaire flamboyante, réussie mais onéreuse, «on revient de quatre à trois jours de festival, dans un budget maîtrisé».

Didier Trambouze répète la formule : «budget maîtrisé».

Créa lui a préféré une formule plus attractive, qui vient se substituer à une autre discrète mais permanente mention.

Si l’association Créa prévoyait depuis la fin de l’édition 2010 de resserrer les cordons de la bourse, en limitant les spectacles en salle, d’autres facteurs ont (ren) forcé cette orientation.

Or nous n’avons pas d’arènes romaines à Saint-Georges-de-Didonne.

Créa envisageait pourtant, même en serrant son budget, en consacrer la majeure partie de la 26e édition aux artistes de rues, de proposer un plateau de jeunes talents, dans la Salle Bleue du Relais de la Côte de Beauté. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.