Les monstres sacrés de Genet

Photo DR
Le metteur en scène Jacques Vincey laissait une salle très enthousiaste après la prestation de sa «Madame de Sade». Il revient, toujours soutenu par le théâtre de Saintes avec une autre adaptation, celle de Jean Genet. L’histoire n’est pas facile : en 1933, Christine et Léa Papin assassinent sauvagement et sans aucune raison apparente leur maîtresse et sa fille.

Ce jeu avec les codes du théâtre et les repères du spectateur, Jacques Vincey s’en empare grâce à la complicité des trois comédiennes déjà réunies dans «Madame de Sade».

Les bonnes jouent à ce qu’elles ne sont pas.

Un jeu de métamorphose qui va révéler les facettes les plus obscures et les plus inavouables des êtres.

«Les Bonnes» de Jean Genet, adapté par Jacques Vincey, compagnie Sirènes ce soir, lundi, à 20 h 30 au Gallia théâtre de Saintes. S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer