Les vélos en libre-service  » coincés  » par le réseau

La mise en place des célèbres vélos jaunes en faisait la toute première de l’histoire des transports urbains à inaugurer un système de vélos en libre service. En septembre 2008, les ministres des transports de l’Union européenne découvraient en grande pompe, Yélo, le futur titre de transport de l’agglomération rochelaise, innovant et simple à utiliser.

En 2010, le constat est moins glorieux pour la centaine de deux-roues à cardan censés être accessibles grâce à une simple carte à puce.

Entre les soucis du logiciel et l’alimentation des stations, les ratés du système remettent en cause la qualité du service.

Romain, 20 ans, regrettait encore mercredi matin une panne du réseau.

Sur les vélos en eux-mêmes, peu de reproches à faire mise à part les tiges de fixation parfois abîmées.

Les boîtiers servant de point d’attache et l’ergot de fixation sont mis à rude épreuve par les tentatives de vols.

Faute d’ensoleillement, les panneaux photovoltaïques ne suffisent pas, celles-ci devraient être câblées au réseau d’électricité publique.

Actuellement, les batteries des stations sont changées tous les 12 jours environ.

Ils permettront aux usagers d’utiliser le système sans abonnement, en utilisant une carte de crédit.Source

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.