L’Association Respire attend des réponses

Le face-à-face tendu entre le député-maire Maxime Bono et les riverains de la Pallice, remontés à bloc contre la construction de cuves du pétrolier Picoty, n’a pas calmé les esprits de ces derniers. L’association Respire, qui a réuni ses adhérents la semaine dernière, se fait l’écho des nombreuses questions posées par la proximité de sites Seveso dans le quartier.

Un courrier a été envoyé le mois dernier au préfet de la Charente-Maritime pour tenter de faire la lumière sur ces mystérieux effluves.

S’il existe des plans détaillés de chaque site Seveso dans le quartier de la Pallice, impossible d’avoir accès à une carte globale.

Autre inquiétude soulevée par l’association : l’accessibilité des cuves de Picoty par les services de sécurité n’est, selon elle, pas garantie.

Ce dernier réclame également qu’un exercice de sécurité soit effectué à l’échelle du quartier, «comme l’exige le décret du 13 septembre 2005 relatif aux plans particuliers d’interventions».

Raymond Bozier rappelle d’ailleurs qu’un exercice de ce genre s’est déroulé le mois dernier à Chasseneuil-du-Poitou\u2026 au dépôt pétrolier Picoty.

Un scénario catastrophe qui simulait un incendie et prévoyait l’alerte de la population et le confinement de deux écoles.

Manifestation à l’appel de l’association Respire ce dimanche 12 décembre, à partir de 10 heures, devant l’église de Laleu, rue Jacques-Henry. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.