Les amateurs d’histoires avalent les kilomètres

Chaque été, Isabelle Oberson conduit les Visites du soir programmées dans les villages, mais aussi à Saintes, à l’initiative du Pays de la saintonge romane. Par ses commentaires pertinents et passionnants, les anecdotes savoureuses qu’elle rajoute, la directrice de l’Atelier du patrimoine se taille un joli succès. Patrick Perrogon, qui vécut trente-et-un ans sur la petite place du Maine, la suivit d’un bout à l’autre avec un brin de nostalgie.

Isabelle Oberson ouvrit ainsi le grand livre d’histoire, remontant jusqu’à Médiolanum Santonum, le Saintes antique, avec une première zone d’habitat sur la rive droite du fleuve dès le premier siècle après Jésus-Christ.

Cet habitat précoce disparaîtra au profit de nécropoles.

La directrice de l’Atelier du patrimoine détaille alors les techniques d’inhumation et d’incinération à l’époque gallo-romaine.

Le modeste prieuré de Saint-Sorlin – un pan de mur en constitue le seul vestige – lui donne l’occasion d’évoquer les droits de pêches détenus sur la Charente, jusqu’à Dompierre, par les chanoines de la cathédrale Saint-Pierre.

La Visite du soir effectue de grands bonds dans le temps. S



Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer