Le pont de Ré doit-il rester payant ?

L’équipement officiellement rentabilisé depuis le 31 décembre, le péage du pont de Ré n’a pourtant pas disparu et ses tarifs se sont maintenus. Certains usagers du pont, comme l’association pour la Gratuité pour tous les engins motorisés sur l île de Ré (GemRé), réclament sa gratuité. Si le remboursement du pont n’est plus compris dans le prix du péage, c’est aujourd’hui l’écotaxe qui justifie, pour moitié, les tarifs en vigueur.

Cette taxe existe depuis 1999, mais, avant le 1er janvier, elle n’était que de 3,05€.

En 2009, une loi autorisait son déplafonnement pour préserver l île.

Selon les prévisions du Conseil général, elle devrait dégager 6 millions d’euros en 2012, dont 55 % pour la Communauté de communes de l île et 45 % pour le Conseil général.

Elles serviront, notamment, au financement des navettes électriques gratuites de l île de Ré, ou encore à la lutte contre les plantes invasives.

Mais pour l’association GemRé, le maintient des tarifs du pont est une entrave à la libre circulation des biens et des personnes.

Mais pour le Conseil général, le droit est respecté.

De plus, l’accès aux vélos et aux piétons est gratuit.

Autre argument avancé par les collectivités locales et les Rétais eux-mêmes : le pont limite le trafic routier.

On n’a rien contre les touristes, ils font marcher l’économie locale.

Encore un argument non recevable pour GemRé. S

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer