Ils veillent sur les huîtres de Noël

Ils veillent sur les huîtres de NoëlIls veillent sur les huîtres de Noël. Patrouilles en canot rapide, en kayak furtif ou en hélicoptère, jusqu’aux contrôles fiscaux: les gendarmes de Charente-Maritime déploient tout un arsenal pour empêcher les vols d’huîtres, divisés par quatre depuis l’entrée en vigueur de leur dispositif de surveillance en 2011. Avec la mortalité des huîtres juvéniles enregistrée ces dernières années, le précieux coquillage est devenu une denrée plus rare encore.

Sa valeur a grimpé de 50% en cinq ans, exacerbant encore les convoitises, particulièrement dans le bassin de Marennes-Oléron, le plus important d’Europe, où les huîtres bénéficient du label d’Indication géographique protégée (IGP).

A l’approche des fêtes de fin d’année, période cruciale pour les ostréiculteurs, les huîtres sont donc aussi recherchées par les gourmets que par les voleurs.

«Depuis 2011, les huîtres sont devenues notre priorité», explique à l’AFP le major Frédéric Taymont, commandant la communauté de brigades nautiques de La Rochelle et Royan.

Depuis 2011 et le début des statistiques sur le sujet, le volume des coquillages volés a été divisé par trois: 69 tonnes la première année, 18 tonnes en 2012, 10 tonnes en 2013 et 2014 s’achèvera sans doute sur une douzaine de tonnes dérobées.

«Nous ne sommes qu’une douzaine d’hommes au sein de la communauté de brigades mais nous disposons d’un matériel adapté à tous les besoins: canots rapides, bateaux pneumatiques semi-rigides, une barge ostréicole et quatre kayaks de mer pour des arrivées furtives, surtout dans les canaux irriguant les claires» où la majorité des vols sont commis, explique le major Taymont.


Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sortir
Masquer