Arrêter le plus vite possible le programme éolien terrestre français

Arrêter le plus vite possible le programme éolien terrestre françaisArrêter le plus vite possible le programme éolien terrestre français. Après les déclarations récentes sur France3 et BFMTV de Xavier Bertrand président de la région des Hauts de France, « Foutez- nous la paix avec les éoliennes, ça coûte les yeux de la tête, ça ne crée pas d’emploi et ça détruit nos paysages ».

C’est au tour de Dominique Bussereau Président du Conseil départemental de la Charente-Maritime et de l’Assemblée des départements de France d’exprimer dans le journal Sud-ouest « son ras le bol » et de condamner les Promoteurs éoliens « qui sont des gens sans foi ni loi ».

Il demande lui aussi « un moratoire de deux ans sur l’éolien terrestre en Charente maritime par le ” risque sur nos paysages que fait courir la foultitude de projets éoliens ». Il évoque notamment un danger pour l’image touristique de la Charente-Maritime, un secteur économique clé pour le territoire.

La Fédération Environnement Durable (FED) qui regroupe 1387 associations alerte le gouvernement sur une montée rapide du refus de l’éolien terrestre sur l’ensemble du territoire.

Elle constate que la situation devient incontrôlable socialement et rejaillit lourdement sur l’image de l’ensemble de la classe politique.

La FED estime que les actions des centaines de promoteurs qui écument les communes les unes après les autres sont contraires à l’intérêt général et qu’ils manipulent l’opinion en profitant depuis plus de 15 ans d’un système subventionné abusif qui détruit l’économie et les emplois.

Elle demande aux responsables de l’Etat de se libérer de l’emprise des industriels de cette filière énergétique et de prendre des mesures par décret pour arrêter le plus vite possible le programme éolien terrestre français.

A lire également : Ile d’Oléron :
un homme mort et une femme grièvement bléssée retrouvés dans un garage




Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.