Le Parc Marin lance une campagne d’observation aérienne

Le Parc Marin lance une campagne d'observation aérienneLe Parc Marin lance une campagne d’observation aérienne. « L’objectif, c’est d’établir à terme un document de base de travail, pour servir de point de comparaison afin de mesurer dans les prochaines années l’impact des mesures que le Parc Marin compte mettre en place », explique Amandine Eynaudi, chargée de mission « patrimoine naturel » du Parc Marin.

«L’avion qui est utilisé pour les campagnes de survols avec les vitres-bulles, on voit dans un rayon de 400 m à nos pieds », explique Olivier Van Canneyt, biologiste, « A 180 m d’altitude, on est capable de détecter des petits oiseaux de la taille d’une hirondelle.

Au niveau des oiseaux vivant au large, on a vu essentiellement des fous de bassan et des sternes, ainsi que des oiseaux côtiers comme des plongeons et des macreuses, en particulier au large de la pointe de la Coubre », relatent Olivier Van Canneyt et Sophie Laran, l’autre biologiste de l’équipage.

Autre surprise positive : « Pour la saison et comparé à d’autres sites maritimes, nous n’avons pas vu beaucoup de déchets, qui restent essentiellement des déchets de pêche type filets, cordages et bacs de criée », rapporte Olivier Van Canneyt.

La campagne de pêche actuelle apporte un autre lot de surprises, beaucoup moins réjouissantes : « nous avons observé beaucoup de carcasses d’animaux marins au large », déclarent les trois scientifiques, qui établissent un lien de corrélation avec les cadavres de mammifères marins s’échouant actuellement sur nos côtes.

A lire également : Il invente une bouteille en plastique 100% biodégradable




Votre message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.