Qui veut voyager loin ménage ses chaussures

Leur souci premier : tenir le rythme. Une marche Audax s’effectue à une allure moyenne de à 6,5 km/h. À bientôt 74 ans, Jacques Lhéritier en connaît un rayon.
Ancien cycliste amateur, il s’est converti au cyclotourisme passée la trentaine.

L’Audax tire son nom des six audacieux cyclistes italiens qui, en 1898, réussirent l’exploit – «imaginez les routes et les vélos à l’époque» – de traverser leur pays de la Méditerranée à l’Adriatique, démontrant au passage qu’il était possible de parcourir 200 km à vélo entre le lever et le coucher du soleil.

Quelques années plus tard, en France, un certain Henri Desgranges, par ailleurs fondateur du Tour de France cycliste, créait l’Audax, épreuve de régularité et d’endurance, qui s’applique aujourd’hui à cinq disciplines : le cyclotourisme, la marche à pied, la natation, le canoë et le ski de fond.

À Royan, le Roc Cyclotourisme a organisé en 2003 sa première «bi-Audax», sous l’impulsion de Jacques Lhéritier, alors président du club.

«Nous avions proposé en parallèle un brevet de cyclotourisme de 100 km et un brevet de marche de 50 km.» Les Audax charentais, ont été séduits. Source

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.