Le parasol de la discorde

Bras de fer entre la mairie et les patrons des brasseries du quai Duperré. Ils protègent les tables non couvertes par les bâches classiques et autorisées. La mairie veut les fermer ; les cafetiers refusent. Les brasseries ont des toiles, c’est suffisant. Les parasols pour protéger les tables près de la rue réduisent la place pour le passage des piétons, qui ont ainsi tendance à descendre du trottoir.

Les contrevenants seront verbalisés : 1 500 euros pour une première infraction, 3 000 euros en cas de récidive.

Dans le courrier adressé aux patrons des établissements, il est également précisé que les parasols sont susceptibles d’être accrochés par les bus et qu’en outre, dans ce secteur sauvegardé, «l’impact visuel n’est pas harmonieux».

Lundi, à 10 heures, les commerçants ont rendez-vous avec Sabrina Laconi.

Moi, j’ai acheté l’affaire avec trois rangées de terrasses et je veux l’exploiter ainsi.

Nous demandons à garder ces parasols et que l’on arrête de nous harceler : une fois ce sont les parasols, une autre les ardoises, un dépassement, etc.

La moitié de la terrasse est inexploitable, personne n’a envie de manger en plein soleil. Source



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.