Première nuit blanche

Photo RD.
Coincée entre deux grands monuments saintais, l’église Saint-Eutrope et l’abbaye aux Dames, l’édifice a longtemps été banni des ouvrages historiques. Peu de livres de qualité ont ainsi rendu compte d’une richesse insoupçonnée en ces murs saints. Une équipe pluridisciplinaire s’est mise en place à Saintes, sous l’impulsion du père Samoride, curé de la paroisse catholique de la rive gauche de la ville, pour préparer une nuit exceptionnelle.

L’idée de cette nuit est née dans les diocèses de Strasbourg, de Luxembourg et de Trèves, en Allemagne.

L’événement, d’abord quelque peu confidentiel, gagne chaque année en ampleur.

L’occasion de sortir ce bel ouvrage de l’ombre.

C’est avant tout un monument habité, empli de vie spirituelle.

Huit plumes qui lui ont consacré une oeuvre : «La cathédrale de Saintes», sortie aux éditions Picard.

«Il y a deux ans, un ouvrage était sorti sur l’abbaye aux Dames et nous avions alors pensé qu’il y avait aussi des choses à dire sur Saint-Pierre, mais cela ne s’était jamais fait», témoigne le père Samoride.

La cathédrale Saint-Pierre fut le siège du diocèse de Saintonge jusqu’en 1802, date à laquelle les diocèses de Saintonge et d’Aunis s’unirent. S



Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.