Le Festival du luma

Le Festival du lumaLe Festival du luma. Elle organisera son troisième Festival du luma samedi 14 juin, sur le site bucolique des Tuileries. Avec la même recette qui fait son succès : une scène tremplin ouverte aux jeunes talents de la région et une grosse tête d’affiche. «Le vrai but de l’association est de faire connaître des nouveaux groupes de la région mais, pour attirer du monde, il nous faut une formation qui tourne déjà bien», confie Michaël Desse, le président de l’Air des champs.

Cette année, une vingtaine de groupes ont répondu à l’appel à candidatures pour participer à la scène tremplin.Tous doivent être originaires du Poitou-Charentes.

«C’est simple, glisse Isabelle Rolland, la vice-présidente de l’association, tout le monde donne son avis et vote en fonction de la qualité instrumentale, l’originalité, les paroles des chansons, etc.» Les bénévoles ont eu quatre coups de coeur : Larcane (Baignes) aux influences ska et pop-rock, Le Son des maux (Jonzac) et ses chansons folk, The Frogs (Angoulême) un groupe de rock, Early Morning (Niort) et ses morceaux pop-rock.

«Ils seront jugés par des professionnels de la musique et le public pourra aussi voter pour son groupe préféré», ajoute Isabelle Rolland.

Les organisateurs ont mis en jeu un très beau cadeau : deux jours d’enregistrement dans un studio professionnel à La Nef, à Angoulême.

Ex Landa’s, cette bande de huit copains met en musique un joyeux métissage musical entre rock, rumba, chanson, ballade, reggae et autres cuivres dézingués.

La semaine précédant le festival, une partie des musiciens se rendront en classe pour une résidence dans le Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) entre Le Tâtre et Touvérac.

Résumé art Delphine Lamy de Sudouest



Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.