Le centre de détention de Bédenac accusé de « traitement inhumain et dégradant »

Le centre de détention de Bédenac accusé de Dans un rapport rendu public ce mardi, mais adressé aux ministères concernés dès le mois d’avril, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) dénonce les conditions de détention du centre de Bédenac en Charente-Maritime, où des détenus vieillissants, parfois handicapés, vivent un calvaire quotidien.

Un lieu « initialement conçu pour accueillir des personnes détenues vieillissantes nécessitant d’être hébergées en cellule pour personnes à mobilité réduite (PMR) », qui est devenu selon leur rapport le théâtre de « traitements inhumains et dégradants », au point que le médecin généraliste du site a claqué la porte il y a quelques semaines pour des raisons éthiques.

Le premier contrôle du CGLPL, en 2011, était pourtant optimiste : le bâtiment en question allait être construit, et devait permettre « de préserver la dignité humaine des personnes détenues âgées et/ou handicapées ». « J’ai été effarée, stupéfiée, et horrifiée de lire ce que les contrôleurs ont constaté parmi ces vingt détenus, d’une moyenne d’âge de 68 ans, et qui ne sont pas du tout autonomes.

D’autant que, toujours selon le rapport du CGLPL, la plupart de ces détenus n’ont en fait plus grand-chose à faire en prison, au vu de leur état de santé.

À CONSULTER >> Poitou-Charentes : Mouvement de colère des gardiens de prison

Le plus souvent, les procédures sont longues, et surtout mal renseignées sur l’état de santé des détenus en question : « Les magistrats sont confrontés à une pénurie de médecins experts, surtout psychiatres et à des délais d’expertise trop longs », précise le rapport.

Autrement dit, les libérations sont souvent refusées, par peur d’une récidive, pour des détenus parfois incapables de se déplacer, de manger ou de se laver seuls. Actuellement, quatre détenus venus d’autres lieux de détention en France sont en attente d’une place à Bédenac.

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.