Vingt kilos de civelles saisis en Charente-Maritime

Vingt kilos de civelles saisis en Charente-MaritimeD’après nos confrères du quotidien Sud-Ouest, qui ont relayé l’information sur leur site internet dans la journée du vendredi 23 décembre 2022, les gendarmes de la Charente-Maritime ont interpellé ce même jour trois braconniers pêchant la civelle à Marans, tout près des Deux-Sèvres et de la Vendée : les militaires l’ont annoncé sur leur propre page du réseau social Facebook.

Les alevins de l’anguille sont vendus à prix d’or en Asie du sud-est et en Chine, où ils sont engraissés pour le marché japonais. Ce qui a obligé la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières à mettre en place, en 2020, un groupe de contacts spécialisé nommé « Sargasse ».

En cette année 2022, la France serait devenue le second pays européen en termes de saisies. Certains départements de la façade atlantique en sont des plaques tournantes.

«Le trafic de civelles est en même temps l’un des plus dommageables pour la faune aquatique, mais également l’un des plus lucratifs, développe la gendarmerie de la Charente-Maritime. Un kilo de civelles peut se revendre jusqu’à 1 500 € par des mafias dites de l’or blanc très organisées».

À LIRE AUSSI >> La pibale en voie d’extinction, des quotas “incompatibles avec la survie de l’espèce”

La pibale est une espèce protégée par la convention de Washington. Même si sa pêche est très réglementée, elle peut être vendue à l’intérieur de l’Union européenne. En revanche, à l’extérieur de l’UE, son commerce est illégal.

La gendarmerie de la Charente-Maritime a appréhendé, au petit matin du vendredi 23 décembre 2022, un trio de braconniers qui pêchait illégalement des civelles à Marans : les vingt kilos d’alevins d’anguilles saisis ont été remis à l’eau.

Vous pouvez également aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

RSS
Follow by Email